vendredi 13 octobre 2017

Le corps mutilé : Pied de Lotus ou Lotus d'Or ( partie : 1)

Coutume spécifiquement pratiquée par les Chinoises (constituant plus de 92% de la population en Chine) ayant pour objectif de déformer les pieds d’une fillette dès son plus jeune âge.

ORIGINE :
Selon certains historiens, la coutume date de la période des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes (907-979).

Dans  Zhongguo chanzu fengsu (La coutume des pieds bandés en Chine) Yao Jushun  écrit ainsi :  
"Le dernier souverain de la dynastie des Tang du Sud (937-975; dynastie la plus puissante de l’histoire de Chine), Li Yu  (937-978) construit une piste de danse en forme de lotus d’or pour sa concubine favorite Yao Niang . 
Celle-ci se fait bander les pieds en forme de nouvelle lune avec des tissus de coton. 
Portant des chaussettes blanches, elle danse au milieu de la piste, se promenant dans le vent, comme si elle s’envolait sur un nuage."

L’expression "Lotus d’or" provient de la période des dynasties du Nord et du Sud (386-534). 
Xiao Baojuan (498-501) de la dynastie des Qi du Sud (479-502) installe dans son palais des lotus en or et demande à sa concubine Pan de marcher dessus.

Cette pratique restera réservée au "plaisir" du souverain et de sa cour.
- Sous la dynastie Song ((960-1279) cette coutume entrera dans les mœurs et deviendra à la mode chez toutes les femmes de l’empire. 
Alors qu'un nouveau courant philosophique se répand, **le néo -confucianisme,  la société se réorganise, laissant la femme complètement en retrait : la pratique des pieds bandés va se généraliser.
Considérée comme un être fondamentalement inférieur à l’homme, elle restera, ainsi, soumise à son mari toute sa vie durant, et à son fils aîné si l’époux a le malheur de disparaître.
(**1/L’existence de la femme dépend de trois hommes : le père, le mari et le fils, elle leur est inférieure et d’une manière générale à tous les hommes. 2/L’homme s’occupe des affaires extérieures et la femme des affaires intérieures)
Les femmes victimes de ce courant devenaient complètement dépendantes de leurs familles et en particulier de leurs maris, elles ne pouvaient pas exercer certains métiers et finirent par être considérées comme un modèle de chasteté. 

La coutume des pieds bandés était surtout une pratique barbare de domination masculine et de soumission des jeunes filles chinoises dans une société patriarcale, où descendance et transmission se faisait du père au fils...
Sans pieds bandés, pas de considération, pas de mariage, pas de descendance, pas de culte des ancêtres, pas de famille. 
La femme n’existait plus.


- A la fin de la dynastie Qing ( (1644-1911) les femmes aux pieds bandés se retrouvaient dans presque toutes les classes sociales, à l’exception des classes paysannes : les Mandchoues et les Hakkas.

Le pied était considéré comme la partie la plus sexy du corps : sa taille devenue un élément essentiel de beauté. 
Devenu, objet fétiche, il était censé stimuler le désir chez l’homme. 
Un pied de lotus représentait l’effort de la femme pour être séduisante. Ces pieds longuement préparés au fil des ans étaient étroitement liés au mariage.
Au moment du choix des fiançailles, c’est la petite chaussure qui est envoyée au futur mari comme gage de la conformité de la promise à son statut d’épouse.

Et chacun de la jauger, de l’admirer, d’en vérifier la taille : trois pouces pour deux "lotus dorés" (sept centimètres à peine de semelles et tissus brodés !)


Trois styles de pieds apparaissent :
  • les pieds de 15 cms, permettant à la femme de faire un riche mariage ! Mais existent des femmes d’exception au pied de lys.
  • les pieds d’argent, ne dépassant pas 10 cms.  
  • les pieds d’or, mesurant moins de 7,5 cms, pas plus large que le diamètre du mollet !
L’idéal étant que le pied mesure 15 cm, perfection rare et très recherchée, atout indispensable pour faire un riche mariage!
 
Depuis le Xème siècle, une mode redoutable permettait d’avoir les pieds de Lys pour apporter une démarche "légère", celle d’une hirondelle volante.

Cheap Offers: http://bit.ly/gadgets_cheap
Depuis le Xème siècle, une mode redoutable permettait d’avoir les pieds de Lys pour apporter une démarche "légère", celle d’une hirondelle volante.

Cheap Offers: http://bit.ly/gadgets_cheap
Depuis le Xème siècle, une mode redoutable permettait d’avoir les pieds de Lys pour apporter une démarche "légère", celle d’une hirondelle volante.

Cheap Offers: http://bit.ly/gadgets_cheap

dimanche 8 octobre 2017

Artiste : Georges TOPFER

Si les peines pour faute d'adultère se déroulaient dans les grandes villes de France, elles furent également appliquées dans les colonies.
Les propriétaires victimes de trahison par leur épouse avaient recours à leurs esclaves pour l'application du châtiment !